Nina Ricci et l’ère légionnaire

Publié le 5 octobre 2017 par Elisabeth Clauss
Nina Ricci et l’ère légionnaire

Pour l'été prochain, Guillaume Henry chez Nina Ricci a évoqué à la fois la Légion Etrangère (avec des références qui nous étaient proches tout de même), l'Inde impériale et Don Quichotte. Une épopée pittoresque, présentée devant les Invalides, en pleine ville mais entre désert et cabaret.

Le show était spectaculaire sous un "manège" installé au coeur de Paris, mais la scéno ne fait pas tout : la collection, cette fois encore, a emballé tous les spectateurs, par les clashes de matières et d'univers. Plumes sur vestes déclinées de l'univers militaire, képis modulés en casquettes, paillettes sur épaulettes.

Des créations qui méritent une médaille, pour leur légèreté, leur élégance singulière, leur humour sous-jacent - on en a tant besoin actuellement. Les épaules, pointues et démesurées, transformaient la silhouette à la façon de golgoths romantiques. Les capes permettaient aux looks de décoller, et les histoires se croisaient dans un même vêtement. Cette collection est aussi éloquente qu'élégante, pour une aventurière urbaine qui trouvera peut-être, le soir, quelques grains de sable chaud sous un merveilleux fatras de taffetas.

(Plus d'images ici)

(Photos : Emmanuel Laurent)