Fashion Week : quand Chanel dompte la nature

Publié le 4 octobre 2017 par Elisabeth Clauss
Fashion Week : quand Chanel dompte la nature©Olivier Saillant

Pour sa collection printemps/été 2018, Karl Lagerfeld a invité les Gorges du Verdon sous le dôme du Grand Palais. Une saison toute en légèreté et accessoires de pluie transparents. Et au milieu, coulait une rivière.

Fashion Week : quand Chanel dompte la nature - 1
©Olivier Saillant

Les cascades du Sud de la France, pour accompagner une nouvelle Histoire d'Eau. Palette arc-en-ciel irisée, scintillements or ou argent rappelant les reflets du soleil et de la lune à la surface de l’eau, voiles translucides flottant autour de la silhouette, Chanel a recréé des sylphides marines aux silhouettes fondues dans des camaïeux de bleu et de blanc, verts végétaux, roses délicats et tons vifs comme l’énergie de la nature, évocation maîtresse de la collection.

Définie par des épaules larges, « en pente douce » dit Karl Lagerfeld, ou à ailerons, la ligne structurée est adoucie par une souplesse aérienne. Du tweed Lurex à la soie froissée-défroissée, de la mousseline à la dentelle, en passant par les riches broderies gouttes d’eau, il est chaque fois question de jeux de lumière et d’eau. De mix de matières aussi : le cuir s’associe au tweed sur des brassières et des mini-jupes, les patchworks de tweed habillent des robes aux tons tranchés. Bien sûr, les vêtements de pluie, en plastique transparents, ne vous ont pas échappés : imper quasi invisibles mais si présents, bottes pour sauter dans les flaques, cette saison coule comme un ruisseau, s'amuse à détourner ses codes.

Les robes et larges vestes en tweed tissé s’étirent de franges frissonnant comme les hautes herbes aquatiques, les robes manteaux ruissellent de fils de Lurex scintillants. La veste de tailleur se marie à un pantacourt aux tons végétaux, à une robe aux surpiqures géométriques ou à une jupe courte irisée bordée de galons torsadés.

Goutte à goutte, les boucles d’oreille en perles de pluie ruissellent aux oreilles des belles qui passent sous les chutes d'eau, ne trempant que dans l'élégance. Recréer un canyon dans un monument historique, c'était l'idée poétique, grandiose et merveilleusement démesurée de cette fashion week. Avec Chanel, il ne faut jamais dire fontaine...

©Olivier Saillant

Plus d'images :