Bon anniversaire ELLE Belgique !

Mis à jour le 14 février 2018 par LDP Magazine
Bon anniversaire ELLE Belgique !

EA-1166

Quand j’ai reçu mon invitation pour aller aux 10 ans du Magazine ELLE, dans un premier temps j’ai fait la maline auprès des copines (qui n’en avaient rien à caler, les putes) et puis très rapidement le problème number one de ma vie m’a rattrapée : putain qu’est-ce que je vais mettre ? Oui parce que si la question reste capitale tous les jours de toute la life, ce soir-là elle est encore plus essentielle.

Tu sais que les invités soigneusement triés auront attentivement étudié ce point-là et il va de soi qu’ils seront tous impeccables. Et puis c’est pas comme si c’était pas écrit « Dress code : très chic , très ELLE » sur le carton.
La semaine qui précède j’y pense souvent, évidemment j’ai plusieurs options, j’hésite... et puis le matin du jour J, je sais, tout est prévu : LA robe bustier noir magnifique de ma créatrice favorite, avec tels accessoires, ce sera nickel. Quand arrive l'heure H, je suis à la bourre, j'ai passé une journée bien pourrie, j'ai deux missions importantes à faire avant d'y aller, c'est la panique. Et bien sûr LA robe, je suis plus très sûre : le soutif noir pour dos nu est introuvable, ne pas en porter avec un bonnet E c'est juste pas envisageable, j'essaie avec un soutif normal, mais non ça va pas, la dentelle dépasse et puis j'ai quand même 10 kilos de trop... c'est la catastrophe : j'y vais pas !

Quart d'heure de crise.

Non allez tant pis j'y vais quand même, faut pas déconner. Je choisis un des ensembles que je mets pour aller bosser, de toute façon j'ai plus l'âge pour me mesurer aux minettes top biches, et puis j'ai pas le temps. Le flacon de mon produit miracle pour les cheveux est vide, je savais que ça arriverait au pire moment, ça c'est fait. La touche de gloss Yves Saint-Laurent réussira à me redonner un peu d'assurance.

Allez hop, les deux missions accomplies, on a une heure de retard, autoroute direction Bruxelles. Il est 22h40, la soirée commençait y'a 10 minutes, on quitte Liège, TOUT VA BIEN.

À ce moment-là on sait pas très bien où on va tomber. Mais on sait qu'on s'approche quand on commence à voir plein de bagnoles très chères garées partout, dans tous les sens. Y'a des filles avec des talons très hauts et des jupes très courtes qui déambulent en bande, ok, on n'est pas loin.
Comme on est des grosses feignasses, on se dit qu'on va se rapprocher le plus possible au cas où y'aurait une place juste devant. Comme à chaque fois on y croit. Comme à chaque fois on a tort.
On se retrouve évidement parqué très loin, une place qu'est pas vraiment une vraie place, avec la petite ronce mise là exprès pour te niquer ton bas. Bon, on n'est plus à ça près.

Pendant que je remets mon manteau, parce qu'il fait genre 4°C, je suis dépassée par une grosse caisse qui roule très vite, je me dis c'est qui ce taré ?, la voiture fait demi-tour, revient, s'arrête à ma hauteur, baisse sa vitre et dit "Shuttle ?" OH PUTAIN carrem's le mec il est là pour te conduire de ta caisse à la soirée. Ok, là j'ai une idée du niveau.
Quand je sors de la berline devant le tapis rouge je me la pète comme si j'étais à Cannes et même dans mon ensemble cheap, c'est MA minute star, ENJOY, y'en aura surement pas d'autre dans ma vie.

La suite sur LDP Magazine