Comment mieux prévenir et guérir la migraine ?

Mis à jour le 15 février 2018 par ELLE Belgique
Comment mieux prévenir et guérir la migraine ?

Un belge sur cinq souffre de migraines au moins une fois dans sa vie : un taux à donner mal de tête.

À l'initiative de la firme pharmaceutique GSK, l'associations de pharmaciens APB et l'OPHAGO, la campagne sur la migraine vise à sensibiliser le public autour de la migraine et inciter les patients à en parler dans leur entourage ainsi que faire tomber le masque sur les lieux de travail. De nombreuses personnes sont confrontées à la maladie mais la cachent à leurs collègues et employeurs par crainte de donner l'impression de se plaindre ou simplement d'être incomprises.

D'après une étude menée par le bureau GSK, en 2016, pour le compte de Novartis Consumer Health, la moitié des souffrants interrogés estiment par ailleurs que la migraine est perçue négativement dans la société et 57% en ont même honte. L'objectif de la campagne est d'inviter la migraine dans le débat sociétal.

Un esprit sein dans un espace sein

Divers entreprises, dont PepsiCo, Mensura, Partena, IBM ou encore Mayerline se sont engagées à lever le voile autour de la maladie, signant notamment une charte dans laquelle elles reconnaissent le problème et appellent les employés à communiquer. Une migraine peut se révéler fortement invalidante et devrait, dès lors, être reconnue comme un handicap. L'officialisation de la maladie dans le milieu professionnel constitue par ailleurs un enjeu économique, la migraine ayant un impact considérable sur l'absentéisme au boulot.

Les conditions de travail influent sur l'occurence des crises, les entreprises devrait dés lors prendre des mesures afin d'adapter l'environnement. Les espaces "openspace" se sont imposés comme la norme de l'aménagement et ont changé la donne en matière de travail - les cloisons tombent pour gagner quelques mètres carrés et faciliter les flux et la communication -, résultat, les salariés sont confrontés au bruit, sujets à la distraction et souvent moins productifs. Pour les migraineux, les espaces ouverts sont un véritable enfer. 

"Le cerveau du migraineux est hypersensible, il va réagir à tout facteur déstabilisant et stressant par une réaction inadéquate" docteur Gianni Franco, neurologue au CHU-UCL de Dinant. 

Néanmoins, de nombreuses entreprises commencent à réaliser le caractère néfaste de ce modèle réfléchissant à de nouveaux environnements et prenant des mesures afin d'atténuer certains facteurs déclencheurs de migraines, notamment via la création d'espaces complémentaires : bulle de repos, cocon de réflexion... dans lesquels les salariés peuvent se retirer lorsqu'apparaissent les premiers signes de maux de tête. Selon Alain Chaspierre, porte-parole de l'APB : "Il est essentiel d'encourager les entreprises à lutter contre ce phénomène et à repenser leur modèle d'aménagement."

Les conseillers du peuple

Dans les pharmacies, des posters seront affichés et des brochures distribuées dans le but d'informer et d'aider le public à identifier les maux de tête, notamment via le "test de la migraine". Les pharmaciens jouent un rôle de premier plan, ces derniers étant proche de la population et davantage accessibles que les médecins (dû à la pénurie de généralistes) peuvent donner une première indication sur le type de douleurs et inciter le patient à consulter un médecin si nécessaire. Il est par ailleurs fondamental de renforcer le dialogue entre les professionnels du monde de la santé et encourager le contact entre pharmaciens et généralistes afin qu'ils puissent intervenir chacun à leur niveau et selon leurs compétences respectives dans le traitement de la pathologie.

L'Expérience Migraine

Pour la cinquième édition de la Semaine de la Migraine un bus dans lequel le grand public pourra vivre une expérience sensorielle le plongeant dans un état similaire à celui dans lequel se trouve le migraineux lorsqu'il est sujet à une crise (sensibilité au bruit, à la lumière, envie de s'allonger et ne rien faire) sillonnera le pays au cours des mois prochains et fera étapes dans divers sociétés (sur leur demande). La migraine est sous-diagnostiquée car de nombreuses personnes migraineuses n'ont pas conscience de leur maladie : elles estiment être simplement victime de maux de tête qu'elles pensent pouvoir soulager avec des antidouleurs classiques.

Si la migraine est une forme de mal de tête, elle est avant tout une maladie cérébrale et vasculaire chronique qu'il convient de traiter avec des médicaments spécifiques. Il n'existe pas encore de potion miracle pour guérir la maladie, mais des appareils de neurostimulation crânienne, comme le dispositif Cefaly de la société liégeoise Cefaly Technology, peuvent aider à prévenir les migraines, réduire l'intensité de la douleur et diminuer la fréquence des crises.

Migraine-Experience copy

Comment savoir si vous êtes migraineuse ?

Avez-vous déjà eu un mal de tête pendant plus de 4 heures (ce qui équivaudrait à cinq épisodes de Big Little Lies consécutifs) et pouvant durer jusqu'à 72 heures (ajoutez-y six saisons complètes de Gossip Girl) ? De façon chronique ? Qui survient sans crier gare (un peu comme ce copain qui débarque aux soirées sans être invité) ? Avec parfois des piques de douleur insoutenables ? Accompagné de syndromes désagréables tels que des nausées, des vomissements, une hyper-sensibilité au bruit et à la lumière ou d'une sensation de fourmillements dans les bras et les jambes ? Et qui ne se remarque pas extérieurement (tout est dans la tête) ?

Si vous avez répondu oui à toutes ces questions vous n'avez rien gagné (zut alors), à part, peut-être, la migraine... Certes, du Docteur Mamour nous n'avons en commun que le "Mamour", c'est pourquoi nous vous conseillons de consulter un professionnel afin d'établir un diagnostique précis et entamer un traitement si nécessaire.

Audrey Depuydt