Ces « accessoires » dont on ne peut pas se passer

Mis à jour le 15 février 2018 par Elisabeth Clauss
Ces « accessoires » dont on ne peut pas se passer

Il y a les « accessoires spéciaux ». Vous, vous collectionnez les « accessoires spécieux ».

Les sacs, les chaussures, les chapeaux et les foulards, vous n'avez aucun mal à les ranger au placard. Mais d'autres catégories plus encombrantes d'éléments décoratifs vous collent à la peau. Vous rêvez de minimalisme au quotidien ? On s'occupe de vous.

* Les 5 kilos que vous traînez en trop (soi-disant)

Votre armoire est pleine de vêtements trop petits. Avez-vous grossi ? Pas le moins du monde. Vous les achetez obstinément une taille en dessous, pour quand vous aurez perdu vos « 5 kilos superflus ».

Pourquoi vos complexes sont-ils accessoires ?

Cette idée que vous avez des fesses comme si une Kardashian vous avait mordu une nuit de pleine lune serait très facilement soluble dans un miroir : regardez-vous, bon sang, et arrêtez de laisser périmer ces pralines au fond du tiroir de votre bureau, c'est un pécher. Pensez à toutes ces pauvres rédactrices de mode qui crèvent de faim au premier rang chez Saint Laurent, et arrêtez de vous pincez la peau d'orange en pleurnichant.

Adoptez l'épure narcissique :

Laisser vos jugements esthétiques dans le tiroirs à inutilités. Stresser sur votre postérieur ne le fera pas fondre, mais vous en tirerez désormais un plaisir… supérieur.

1/

Ces accessoires dont on ne peut pas se passer - 1
Valentine De Cort

* Ce besoin de performance…

… doublé du sentiment d'usurpation qui vous pousse à bosser tard tous les soirs, à rendre vos dossiers en avance et trois fois épais que ce que l'on vous demandait (du coup personne ne les lit), et à manger une salade de lentilles collantes et froides devant votre écran chaque midi toute seule comme une gourde depuis dix ans.

Pourquoi votre surenchère professionnelle est-elle accessoire ?

Parce que vos collègues qui prennent des pause déjeuner de trois heures sont promues avant vous. Parce que dans 90 % des contextes boulot, on n'est pas reconnue pour la qualité réelle de ce qu'on fait, mais pour ce qu'on en raconte à tout le monde. Sauf peut-être quand on porte une blouse de chirurgien cardiaque, et encore.

Adoptez la « première-de-la-classe détox » :

Laissez vos névroses d'illégitimité loin derrière vous dans le brouillard des Gin Tonics du team building de la veille. Tous vos efforts pour accomplir vos tâches consciencieusement ne profitent qu'autres autres : vos collègues qui s'appuient sur vous, votre chef qui se glorifie de vos résultats. Relisez votre job description. Et ne faites rigoureusement rien de ce qui n'y est pas précisé noir sur blanc. Sauf si vous êtes indépendante. Là, vous ne devriez même pas être en train de lire un magazine : chez vous, ce sont les loisirs qui sont accessoires.

2/

Ces accessoires dont on ne peut pas se passer - 3
Valentine De Cort

* Cet homme qui vous ralentit depuis 15 ans (ou 15 jours) :

Vous êtes une athlète de haut niveau : depuis ce qui semble un siècle à vos amis bienveillants, vous traînez un boulet à votre pied. Vous portez ses atermoiements, vous poussez une masse de plombs inerte vers un semblant de reconnaissance sociale, et vous payez en grande partie les factures du couple (ou le resto occasionnel auquel vous avez dû l'inviter vous-même).

Pourquoi votre mec est-il accessoire ?

Il n'est pas vraiment un « accessoire ». Un « accessoire », ça enjolive ou au moins ça sert à quelque chose (un sac à main garde vos secrets, il ne les twitte pas). Ce garçon vous alourdit la silhouette, fait fuir vos copines et vous discrédite sans discrétion. Mais vous l'aimez. Donc, vous avez un souci.

Adoptez le tri sélectif :

Faites le calcul : ce qu'il (vous en) coûte d'entretenir cette relation et cet homme, proportionnellement à ce que ça vous rapporte en terme de gaudriole, de logistique quotidienne et de sécurité affective. Il est comme le charm accroché à la bandoulière de votre besace, vous voyez, ce pompon en fourrure rose ? Il ne sert à rien, il perd ses poils et honnêtement, il est un peu ridicule. Rendez tout son lustre à votre Delvaux en le soulageant de cet accessoire superfétatoire. Pour les crises de shopping compulsif du samedi, il y a Tinder. Et le dimanche, c'est déjà oublié.

3/

Ces accessoires dont on ne peut pas se passer - 5
Valentine De Cort

* Votre culpabilité maternelle

Livrée de série avec votre premier enfant, la culpabilité maternelle, elle, ne vous quittera jamais. Contrairement aux marmots qui réclameront un kot d'étudiant dès leur quatorzième anniversaire. Pourtant, cette pression auto-générée n'a rien d'indispensable pour s'acquitter honorablement de la mission d'éducation. Au contraire, tiens.

Pourquoi la culpabilité est-elle accessoire ?

Parce qu'elle vous pousse à faire des trucs inutiles (passer des dimanche entiers au square à vous geler les doigts sur un clavier et à vous brûler les genoux à cause du laptop sur lequel vous finissez un dossier), alors que vous zappez l'essentiel (rigoler ensemble sous la couette devant la télé en vous gavant de glace aux OGM).

Adoptez la décontraction éducative :

Cela consiste en barrer de votre agenda mental toutes les obligations barbantes que vous y avez inscrites vous-même. Votre bambin refuse de manger des courgettes vapeur ? Il a raison : c'est dégueulasse. Obligez-le à se remplir de frites à la place. De dégoût et par esprit de contraction, il vous suppliera bientôt de lui mitonner des brocolis à l'eau.

4/

Ces accessoires dont on ne peut pas se passer - 7

* Cette bête idée de vivre sainement

Vous vous infligez des heures de sport rébarbatif à l'aube, vous fuyez l'eau en bouteille (bisphénols), le soleil (UV), le gluten (à tout hasard), les ondes électromagnétiques (votre GSM dort dans une autre chambre que vous). Mais vous vivez en ville. Ou pire, à la campagne (pesticides et lignes haute tension).

Pourquoi ces précautions sont-elles accessoires ?

On se sait pas vraiment ce qu'on mange (avouez), et de toute façon pas ce qu'on respire. Les trois quarts des polluants qui circulent dans notre organisme viennent de nos fringues et de nos produits cosmétiques, et il y a longtemps que notre ADN a muté à cause du Wi-Fi. Sans vous conseiller de fumer du polyuréthane au bongo, vous pouvez quand même raisonnablement vous détendre. Les dés sont déjà jetés, et certainement pas par vous…

Adoptez le fatalisme salvateur

Quand vous aurez accepté que vous pouvez contrôler tout ce que vous voulez, vous ne maîtrisez rien du tout – et surtout pas les facteurs croisés qui décident de votre destin biologique – le lâcher prise (de tête) devrait, lui, vous faire gagner vingt ans d'espérance de vie, grâce à ses bienfaits sur votre tension et votre joie de vivre. Et balancez-moi ce quinoa, on dirait du carton gluant.

5/

Ces accessoires dont on ne peut pas se passer - 9
* Cette accumulation de brol qui vous rassure

Vous collectionnez d'impressionnantes catégories d'accessoires. On ne vous parle même plus de vos pièces de mode ça, c'est le minimum vital pour vous exprimer. Mais de ces dix-huit services à thé à l'effigie de la famille royale, ces figurines de trolls scandinaves, ces vanités haute couture gainées d'agneau plongé ? (cochez la bonne case, on n'a pas à juger de vos goûts).

Pourquoi ces grigris sont-ils accessoires ?

Parce qu'ils décorent votre maison et enjolivent vos névroses. Mais à l'instar de bracelets tintinnabulant au bras d'une diseuse de bonne aventure syndiquée, ils détournent l'attention et ne servent pas la probité du message. Dans votre cas : la sérénité recherchée.

Adoptez l'épure décorative :

Accessoirisez votre intérieur comme vous accessoirisez votre apparence : en alternant des phases un peu chargées (cinq piercings à l'oreille à 47 ans), et les moments de simplicité quasi enfantine. Par exemple, quand vous déposez les gamins à l'école en pyjama sous le manteau, pas maquillée, les cheveux en chignon approximatif. Et sans vernis à ongles. Transposé à votre déco, ça revient à dégager de la vue tout ce qui brouille le message, prend la poussière parce qu'on ne s'en sert jamais (je n'ai pas parlé d'enlever votre culotte), qui casse ou qui gêne la vue pour admirer les arbres par la fenêtre. Admirez toute cette place qui soulage votre âme. Puis redécorez. Les accessoires, on en a un besoin vital. Il faut juste savoir en changer.