PFW : Olivier Theyskens, la grâce

Publié le 1 mars 2017 par Elisabeth Clauss
PFW : Olivier Theyskens, la grâce

Depuis deux saisons, le « petit prince de la mode belge » qui a relancé sa Maison, revisite la mode comme une nouvelle page d'Histoire moderne.

IMG_6102

Au Train Bleu, le restaurant Belle Epoque de la Gare de Lyon, Olivier Theyskens a présenté sa collection essentielle ancrée elle aussi dans une imagerie 1900 par ses longues silhouettes fluides - on pensait aux illustrations du début du siècle passé, les tailles contraintes en moins puisque le propos de ces propositions-là sont de sublimer, et non d'enfermer.

Ainsi, Olivier Theyskens a poussé encore les thèmes de sa collection précédente, avec des lignes épurées mais un discours sous-jacent spectaculaire. Un brin moins rétro peut-être, mais toujours référencé de ses racines normandes et de son affection pour une esthétique historique.

Les mailles douces et enveloppantes contrastent avec des coupes graphiques, pour créer des volumes "en tulipe", parfaites et intemporelles, twistées d'une griffe rock subtile. Totalement contemporain. Les détails et finitions sont hautes couture, pas un point de fil n'est ouvragé comme une peinture de maître.

« Je m'imagine à la place des femmes. Je me projette dans leurs désirs et leurs besoins. Je les vois de manière plurielle : avec leur approche smart, chic, intellectuelle et sensuelle des vêtements. Je veux faire des vêtements utiles. Et parfois, juste du design pour du design, sans me projeter dans l'idée d'une muse. Je me dis simplement « ça va être beau porté », sans me limiter à l'image figée d'une égérie ». C'est une collection qui colle à une attitude de jeunesse, et qui séduit sans ambages une génération plus expérimentée. « On est toujours surpris par ceux et celles à qui plaît notre travail. C'est pourquoi, avec le temps, je me suis détaché d'une image précise. En toute chose, j'évite les clichés et les stéréotypes. »

La collection du Belge parisien est fabriquée en Italie, auprès de fabricants de prêt-à-porter haut de gamme, à la main pour certains assemblages complexes : « le luxe se niche dans le détail des finitions. » Et dans la beauté qui a l'élégance de paraître simple.

#final #oliviertheyskens Des histoires ✨💫 @ellebelgique @elle_belgie @oliviertheyskens

Une publication partagée par Elisabeth Clauss (@elisabethclauss) le