MFW : Gucci et les contes des mille et une filles

Publié le 22 février 2017 par Elisabeth Clauss
MFW : Gucci et les contes des mille et une filles

120 silhouettes, des milliers de combinaisons possibles, une infinité d'histoires. Chez Gucci, Alessandro Michele s'est visiblement éclaté.

Dans un décor violet de couloir de verre futuriste, galerie (devant laquelle on ne saurait rester) de glaces, les mannequins, filles et garçons mélangés, circulaient autour d'une pyramide surmontée d'une girouette en forme de coq. Est-ce à dire que la mode part aux quatre vents mais conserve des bases solides ? On a eu envie de penser ça, même si la symbolique était peut-être très différente : cette collection, c'était un roman.

En ouverture du show, la collaboration avec l'artiste Coco Capitan, qui avait tagué à l'extérieur le mantra de cette saison, repris sur le vinyle 33 tours qui faisait office d'invitation : "What are we going to do with all this future ?" Tant de choses.

Aux premiers rangs, Jared Leto, Florence Welch, ASAP Rocky, Tom Hiddleston, Soko, et Tavi Gevinson (qui, si on y pense, s'habille "Gucci-like" depuis ses débuts).

Les vêtements mélangeaient des influences d'époques et de narrations différentes : des années 40, du disco, du tartan. Pourquoi choisir quand n'y est pas obligé ? Un ensemble ultra-coloré et aiguisé par une succession d'accessoires à tomber par terre, ce qui n'aurait pas été bien grave, la moquette était épaisse.

Le logo inséré en filigrane dans quelques imprimés, du baba cool, de la soubrette impériale. Du second degré, aussi (ce pull Batman ?...) Il y en aura pour tous les goûts dans cette collection, pour les amoureux de l'Asie classique, pour les nostalgiques hippie chics. Pourtant, le tout s'épanouissant dans un ensemble cohérent sans dissonances. Qui ne renie pas ses sources créatives (il ne faudrait pas très longtemps pour créer des liens mais enfin, on se nourrit tous d'inspirations variées), et qui profite des projecteurs braqués pour sortir le panorama du prêt-à-porter d'une certaine retenue compassée, qui ne convenait pas à tout le monde. Gucci aujourd'hui, c'était la mode plurielle, riche, heureuse et culottée.