Mariage: comment éviter de se ruiner ?

Mis à jour le 22 février 2018 par Juliette Debruxelles
Mariage: comment éviter de se ruiner ?

23

Décryptage des bonnes et des mauvaises idées pour éviter de se ruiner.

La règle n°1 : ne compter que sur soi

Un mariage, c’est sympa, c’est romantique, c’est la concrétisation de l’amour et, à moins de célébrer cela façon rebelle sans famille, ça coûte un bras. Les parents participent de moins en moins, et pour cause, au mieux, ils ont leur propre cérémonie à organiser pour leur énième union, au pire, une fête de divorce à financer. À moins d’être Vanisha Mittal (fille de Lakshmi Mittal, qui a claqué 60 millions d’euros pour ses épousailles), un sou est un sou, même au royaume merveilleux de l’amour.

1/

Le simulateur de coût

50

En cliquant ici, on entre les infos dont on dispose pour se faire une idée. Leur système est un rien low cost mais à 50 € en moyenne l’invité au banquet, à deux euros en moyenne le faire-part, à 12 € par invité à l’apéritif, on ajoute les 120 € de coiffeur, les 1 000 € de robe, 120 € de lingerie, 320 € de décoration florale, 800 € de photographe... et on obtient une somme de base qui fait déjà froid dans le dos. Le vin d’honneur, le repas, la location du lieu, c’est déjà 60 % du budget total. Voilà.

2/

L’option la plus naze : le mariage sponsorisé

24

Il impose aux mariés de devenir hommes et femmes sandwichs pour des marques (fleuriste cheap, kebab du coin, copine créatrice de bijoux en pâtes alimentaires...) en échange d’argent ou de cadeaux en nature (fleurs cheap, buffet kebab, bijoux en pâtes alimentaires...). Il faudra pour cela prospecter, négocier, garantir une visibilité auprès d’invités de renom et sur les réseaux sociaux. Vous ne connaissez personne et vous avez douze amis sur Facebook ? Oubliez. Vous rêvez d’un événement chic ? Oubliez aussi.

3/

 

L’option bon sens : choisir entre le nombre d’invités et le nombre de plats

Meilleures-ennemies 

On préfère inviter tous nos cousins ? Alors on mise sur une option buffet (non, « buffet » ne rime pas avec pêches au thon, tomates crevettes et saumon Bellevue). On veut un dîner assis huit services ? On se contente des invités les plus proches et on organise un gros vin d’honneur pour les autres. Il y aura des critiques et tout le monde finira par râler sur quelque chose de toute façon, alors autant éviter de s’endetter.

4/

 

Le bon timing

32

On s’unit entre novembre et mars, c’est le « hors saison » des mariages. Lieux de réception, voyage de noces, traiteurs, tout est moins cher en cette période où l’offre est supérieure à la demande. On se renseigne auprès de sa commune pour connaître les tarifs, qui peuvent varier d’un jour à l’autre de la semaine.

5/

Le sucré fruité

sweet-table2

Une pièce montée hyper écœurante, ça peut monter jusqu’à 25 € la part. Les états-Unis, premiers fournisseurs d’idées, nous envoient des solutions sucrées moins chères et plus décalées. Les candy bars cartonnent depuis quelques années et demandent peu de talent : des bocaux, de jolies étiquettes, des rubans, une mise en place façon sweet table (cette activité d’housewives qui consiste à dresser des buffets thématiques) et des friandises. Bonbons, cupcakes, cake pops, pétales de fleurs cristallisés, roudoudous...

Top aussi : le stand de marchand de glaces. Chacun vient chercher son cornet aux parfums étudiés et c’est plié ! Se décline en option distributeur de popcorn ou bar à fruits (frais, en jus, en compote, en brochettes à tremper dans le chocolat fondu...).

6/

 

Le menu qu’on veut

27-robes 

On ne réjouit que les plus âgés en proposant de rester assis à table durant des heures pendant que défilent les assiettes. Au final, tout le monde en a ras la frange de toute cette nourriture. Ceux qui osent assument le choix d’un barbecue champêtre, voir même d’un pique-nique. Du pain, des fromages, de bons vins, c’est bien mieux qu’un menu au mauvais rouget et au semblant de foie gras.

7/

 

Les économies sans virer cheap

veux-tu-etre-ma-temoin-0052444001353321816

On garde des postes qui en jettent et qui sont très visibles : les cartons d’invitation, la déco, les détails. Un cava ordinaire dans de jolis verres anciens chinés marquera plus les esprits qu’un excellent champagne dans des flute Ikea. Et pour le DIY (do it yourself), on ne se lance que si on a vraiment des aptitudes au bricolage.

Concours: Gagnez des places pour le salon Marry Me !