« Avec cette tenue, tu vas le mettre de bonne humeur »

Mis à jour le 19 février 2018 par Laurence Donis
« Avec cette tenue, tu vas le mettre de bonne humeur »

La phrase vous choque? Elle est issue de «Chair Collaboratrice», un nouveau site français pour dénoncer le sexisme en politique. Et en Belgique, on en est où?

«Elle écrit bien ma collaboratrice pour une fille», «C'est bien que tu sois venue, tu es jolie, plus souriante que ta députée, c'est parfait je préfère», ou encore «Il fait vraiment chier DSK. S’il fourrait pas n’importe qui, on ne serait pas dans cette merde aujourd’hui!» Les formules sortent tout droit de la bouche d'élus régionaux, de députés ou encore de sénateurs... Le site «Chair Collaboratrice» est en ligne depuis hier mais les témoignages affluent déjà en masse.

Le but? Montrer que le sexisme est toujours trop présent dans le milieu politique français mais aussi sortir du schéma classique: sexisme=sujet tabou/sujet de plaisanterie («Ah je ne sais pas si je peux te dire bonjour, on ne sait jamais maintenant!», suivi d'un rire bien gras). «Suite à 'l’affaire Baupin', nous avons ressenti que la parole s’est un peu libérée entre les femmes, mais que ce mouvement s’est aussi accompagné d’une réaction étonnante: les blagues sexistes se sont elles aussi libérées à cette occasion», explique le collectif de collaboratrices parlementaires à l'origine du site. Tous les témoignages sont anonymes, l'objectif est d'encourager les femmes à s'exprimer...

Et en Belgique? Après l'affaire Baupin, certaines femmes politiques belges ont décidé de parler comme Christine Defraigne, Céline Frémault ou encore Assita Kanko, dans Le Soir notamment. Le PS défend un code éthique de conduite «anti-sexiste» et on se souvient aussi du SMS envoyé à Emily Hoyos: «C'est vrai que tu as un beau cul». Classe. Chez nous, il existe une loi de 2014 sur le sexisme et le harcèlement sexuel au travail est condamné depuis 1996. Les peines prévues par le code pénal? Six mois à trois ans de prison et une amende d'un montant max de 6000 euros. Autant le savoir pour couper court rapidement aux blagues douteuses. Plus d'infos? Ici.