Christian Louboutin nous met aux parfums

Mis à jour le 13 février 2018 par Elisabeth Clauss
Christian Louboutin nous met aux parfums

Trois nouvelles fragrances, "Bikini Questa Sera", "Tornade Blonde" et "Trouble in Heaven". Des parfums aux intentions sexy comme des talons aiguilles.

« J’ai songé à une femme et à ses désirs. J’ai imaginé ces parfums pour qu’ils exaltent une facette de sa personnalité, ou même, pour qu’ils révèlent quelque chose qu’on ignore d’elle, et qu’elle-même découvre peut-être. Tous racontent une histoire, et dévoilent un secret. Créer des parfums c’est un peu comme un
réalisateur tournant un film : certains veulent garder la maîtrise du jeu de leurs actrices, d’autres préfèrent au contraire les laisser libres et suivre leur caractère et leur personnalité. C’est ce que je m’applique à faire avec mes souliers, et désormais, avec ces parfums. Je souhaite offrir aux femmes la liberté de s’exprimer et de mettre en valeur leur féminité. »

fragrances-packshot

Ce ne sont plus des parfums, ce sont des histoires, des romans fragrancés. Christian Louboutin, très investi dans chaque produit de son univers de sensualité, s'est impliqué dans toutes les étapes de la création des jus, de la cueillette des fleurs au choix de son égérie, son amie et filleule Elisa Sednaoui, jusqu'à l'élaboration du flacon, en collaboration avec le Heatherwick Studio. Un cabinet de design qui a signé les courbes de la vasque des Jeux Olympiques de Londres en 2015, le pavillon anglais à l’expo universelle de Shanghai, The Hive, une université tout en courbes en plein coeur de Singapour ou encore un ancien silo à grains reconverti en musée au Cap en Afrique du Sud. Des projets spectaculaires, des ambitions pharaoniques qui marquent l'imaginaire. Ici encore, c'est l'architecture au service des fantasmes.

Christian Louboutin et Elisa Sednaoui

Le design des flacons s’inspire du drapé et de la torsion du verre afin de créer une dynamique visuelle, et de laisser apparaître un éclat de lumière en son centre, comme si le parfum dansait. Christian Louboutin aimait l’idée de créer un liquide en mouvement, suggérant ainsi que son sillage est vivant.

Ils sont comment ?

Légers, subtils, raffinés. "Des parfums de parfumeur", ce qui n'est pas toujours le cas quand une maison de mode lance un jus.

Bikini Questa Sera, avec des notes de tête de jasmin et de tubéreuse infuse l'odeur d'une nuit captivante. "La chaleur du soleil sur la peau, la caresse de l’air chaud et la volupté d’une plage qu’elle aimerait emporter avec d’elle".

Tornade Blonde est la fragrance du désir. "Le parfum de l’amour et de l’aventure, une sublime rose rouge alanguie sur un lit de violettes tendres et de cassis. Féminin et puissant, animal et floral, le sillage de Tornade Blonde est une comète qui déchire la nuit. Une explosion de sensualité animale, une invitation
à la suivre." (Pour avoir le tester sous le nez, on vous l'assure, il n'a pas que des intentions littéraires, il est divin.)

Trouble in Heaven, lui, flamboie.  Une fragrance délibérément (et poétiquement) "vénéneuse", une seconde peau cousue d’iris, de patchouli et d’absolu de tonka sur laquelle résonne la chaleur de l’ambre oriental.

« J’ai cherché à créer un parfum comme on appréhende une note de piano. D’abord, le « ping », la première note du parfum comme la frappe de la touche sur la corde d’un piano, suivie d’une longue résonance, écho de la note qui se prolonge. Il y a le moment présent, puis le sillage, un long écho que j’imagine comme la mémoire d’une femme, la trace qu’elle laisse derrière elle. »

On avait déjà adoré sa collection de vernis et de rouges à lèvres. Indéniablement, tout ce que Louboutin décline au féminin, il le fait bien.

Disponibles au prix de 275€ (80 ml) à la boutique à Bruxelles et en ligne. Et dès novembre, sous forme de flacons d'huile, 320€ (30 ml)