Breaking news : VETEMENTS défilera en Haute Couture

Mis à jour le 16 février 2018 par Elisabeth Clauss
Breaking news : VETEMENTS défilera en Haute Couture

Le collectif mené par Demna Gvasalia (également directeur artistique de Balenciaga) vient d'être ajouté au calendrier des shows de la haute couture à Paris, en juillet prochain.

Lors de la fashion week de mars, ils défilaient dans une cathédrale. Une mode iconique dans un lieu désacralisé. Depuis 2014, VETEMENTS fait bouger les lignes. Héritiers des "fauteurs de troubles" de la veine de Margiela, ces designers issus des quatre coins du globe (on n'est pas à un paradoxe près), créent l'événement, collection après statement. La mode "moderne", c'est celle qui part de la rue, et se hisse jusqu'aux catwalks. Jusqu'au début des années 80, c'était le contraire. Et VETEMENTS pousse le concept une coudée plus loin, en embrassant, parmi les premiers, le mouvement contestataire de maisons de couture de plus en plus nombreuses à réviser le rythme des saisons. VETEMENTS n'est pas de celles qui vendent les plus grandes quantités, mais elle est prophète en son Paris.

En juillet, leurs collections hommes et femmes défileront ensemble. Comment fait-on de la "Couture" avec du streetwear oversize trashisé ?

Demna Gvasalia expliquait, avant son show automne/hiver 16-17 : «  Nous n'avons absolument pas l'ambition de créer de nouveaux vêtements : il y a tellement de choses à faire à partir de ce qu'on connaît déjà, ce serait presque pervers : le jean, le T-shirt, le bomber, ils existent déjà. Nous, on va mettre l'accent sur la diversification de l'étymologie des vêtements. Ce qui m'intéresse moi, c'est de proposer des pièces utiles, identitaires et désirables. Ce que je veux, c'est que la mode ne soit plus un rêve, qu'elle devienne pragmatique, qu'elle soit une volonté. »

De la volonté, il n'en manque pas. De la stratégie, de l'imagination, et du culot, et une envie essentielle de refondre les codes de la mode. Il ajoutait : « VETEMENTS, c'est de la haute couture de réflexion dans la mode. On fait ce qu'on veut, c'est ça notre luxe.»

Désormais, ils feront de la haute couture, sur mesure, labellisée, sans doute (on l'espère) excessive dans sa philosophie. La mode change, son vocabulaire mute. On sera là pour écouter ce qu'ils ont à dire.