Les talons obligatoires au travail, on en parle?

Mis à jour le 22 janvier 2018 par Laurence Donis
Les talons obligatoires au travail, on en parle?

Une réceptionniste londonienne a été priée de rentrer chez elle lors de son premier jour de boulot. Son crime ? Elle refusait de porter des escarpins.  

Anna Wintour et Victoria Beckham n'ont pas honte de le dire : les chaussures plates se sont invitées dans leur dressing. Mais le choix de ces icônes de style n'est pas vraiment au goût de PwC. Une agence de ce cabinet d'audit à Londres a décidé de virer l'une de ses réceptionnistes, Nicola Thorp, quelques minutes après son arrivée. Les femmes qui refusent de troquer leurs ballerines pour des stilettos ne sont apparemment pas les bienvenues.

« Mon superviseur m'a dit que je serais renvoyée chez moi sans être payée sauf si j'allais me chercher une paire de talons de 5 à 10 centimètres », explique la Britannique au quotidien Evening Standard. « Quand j'ai indiqué que mes collègues masculins pouvaient travailler avec des chaussures plates et que je me sentais discriminée, on m'a ri au nez ». On aimerait pourtant bien voir des hommes perchés sur des escarpins courir d'une réunion à l'autre. Pas sûr qu'ils aient toujours envie de sourire à la fin de la journée.

Mais Nicola Thorp n'est pas du genre à se laisser faire. Après avoir été licenciée, la jeune femme de 27 ans a lancé une pétition pour que ce dress code « sexiste et dépassé » soit abrogé. Aujourd'hui, plus de 120.000 signatures ont déjà été récoltées. Une jolie victoire, il en faut 100.000 pour qu'un débat soit envisagé au Parlement britannique. En Belgique, le choix des chaussures est évidemment généralement libre mais le port d'un uniforme ou le respect d'un code vestimentaire peuvent faire exception. Qui dit oui aux sneakers ?

Crédit photo: film "Le Diable s'habille en Prada"