Taxe tampon: en Belgique aussi on dit « non »

Mis à jour le 22 janvier 2018 par Laurence Donis
Taxe tampon: en Belgique aussi on dit « non »

Une proposition de loi visant à baisser le prix des serviettes hygiéniques et des tampons a été déposée à la Chambre. Le taux de TVA applicable à ces produits pourrait passer de 21% à 6%. 

A votre avis, quel est le point commun entre le chocolat, les livres de coloriage, les collections de timbres et les quads ? Tous sont taxés à 6% en Belgique et donc considérés comme des produits de première nécessité. A priori on n'est pas contre, surtout pour notre carré praliné noisettes qui peut s'avérer vital. Mais les tampons et les serviettes hygiéniques ne figurent pas sur cette liste. Le taux de TVA qui leur est appliqué est de 21%, autrement dit les protections périodiques sont assimilées à des produits de luxe.

Et c'est tout simplement absurde. L'achat n'est pas vraiment optionnel... « La coupe menstruelle, plus classe que le caviar ? » La question est posée par le collectif « Belges et Culottées ». Ce mouvement féministe a lancé une pétition mi-février pour dénoncer cette « taxe tampon » discriminatoire. Pratiquement 5000 signatures ont été récoltées. Une baisse du taux de TVA sur les produits hygiéniques a déjà été observée en France, en Espagne et aux Pays-Bas par exemple.

Pour ouvrir le débat chez nous, une proposition de loi a été déposée à la Chambre par la députée PS Fabienne Winckel. « L’utilisation de ces protections ne se fait absolument pas dans un but esthétique […] elle est tout simplement indispensable pour garantir l’hygiène des femmes et leur permettre de continuer à mener une vie normale », peut-on lire dans le texte. Cosigné par Karine Lalieux, Nawal Ben Hamou et Daniel Senesael, il sera pris en considération cet après-midi. Finally !