La rumeur de Raf Simons chez Calvin Klein

Publié le 10 mai 2016 par Elisabeth Clauss
La rumeur de Raf Simons chez Calvin Klein

Il avait à peine quitté Dior en octobre dernier, que le bruit de sa nomination chez Calvin Klein bruissait de New York à Paris. La rumeur enfle, rien n'est confirmé, mais l'effet est déjà bénéfique pour la marque américaine.

Dans l'intervalle, Francisco Costa (pour la femme) et Italo Zucchelli (pour l'homme), directeurs créatifs de Calvin Klein, ont été démissionnés. Ce qui alimente encore les fantasmes.

La maison aux caleçons, aux brassières et au parfum iconiques a annoncé dans la foulée une prochaine orientation de CK et une évolution de la vision créative dans tous les secteurs de l'entreprise. Et promis une annonce prochaine. Les spéculations animent les discussions de couloirs, d'autant que le minimalisme étudié de Raf Simons mis au service du rouleau compresseur aux jeans et sous-vêtements épurés, y apportant une caution "créateur visionnaire le plus bankable au monde sauf si Margiela réapparaît" en plus de l'estime publique, ce serait une pirouette superbe. Passer de CD à CK, de la tradition française de Couture à la grande distribution américaine de dessous à logo élastiqués. Avec le retour de la mode des années 90, entre autres facteurs, la marque Calvin Klein, sous les feux des projecteurs, se porte bien. Plus besoin de campagnes de pub sulfureuse, une rumeur sur un designer belge produit le même effet que Justin Bieber quasi nu.

Pendant ce temps, sans commenter, Raf Simons poursuit ses collections propres (pour l'homme), et ses collaborations avec Adidas.

Il a accompli des prodiges, à l'échelle du monde de la mode, on s'entend : refuser de risquer sa santé à produire six collections par an, obtenir le droit de continuer à produire sa marque, privilège que la plupart des directeurs artistiques doivent abandonner en pareilles circonstances (il y a peu, Anthony Vaccarello pour intégrer Saint Laurent, notamment).

En 2015, Calvin Klein a généré 8,2 milliard de dollars, toutes collections confondues : prêt-à-porter homme, femme, jeans, sportswear, lingerie, parfums, lunettes de soleil, balnéaires, chaussures, sacs, montres, etc (et il y a encore beaucoup, dans cet "etc"). Si Raf Simons se retrouve effectivement en charge de la responsabilité de cet immense navire, sera-t-il vraiment plus serein que chez Dior ? En tout cas pour nous, l'effet est immédiat : porter une brassière CK cet été, c'est peut-être arborer du pré-Raf Simons. Plus avant-gardiste, y'a pas.