Chanel : la Croisière, à Cuba

Mis à jour le 14 février 2018 par Elisabeth Clauss
Chanel : la Croisière, à Cuba

Pour la toute première fois, Chanel a présenté une collection à Cuba, "libre", pour le coup.

Aucune maison ne l'avait fait encore, si ce n'est Paco Rabanne en 1999. Pourtant Chanel n'a pas de boutique à Cuba, qui se détend mais n'est pas exactement un pôle du luxe. Mais il y a la musique, l'inspiration, la langueur, l'esprit. Une touche de subversion aussi à défiler là, mais défier les codes, c'était tout le bonheur de Gabrielle.

Le défilé a pris corps à La Havane, capitale de Cuba et toujours l'un des symboles du communisme. Une rue mise en scène pour déambuler en musique avec panamas sur le chef, et bérets "français mais à la Che Guevara" portés sur le côté. Du tweed d'été d'un côté, de l'autre des imprimés de voitures sans âges, comme dans les films de genre avec latin jazz, salsa en bande son et volutes de cigare pour flouter trop de premier degré. Et ces tee-shirts, imprimés "Coco", de circonstance, si on peut dire.

Sur le Paseo del Prado, un boulevard à 300 mètres de la mer, la collection inspirée des tons et motifs caribéens a défilé au son live d'un orchestre classique jazzy, et aux trémolos des voix envoûtantes de Ibeyi, le duo franco-venezueliano-cubain, des soeurs Lisa-Kaindé et Naomi Díaz.

Chanel s'y connaît en voyages sensationnels et insensés, c'est la Maison française qui a lancé cette vogue des présentations "croisière" dans les lieux luxueux les plus insolites du monde, et Dior, Louis Vuitton et Gucci avaient suivi. A tout seigneur tout honneur, Chanel a osé plus loin encore.

Ils étaient venus, ils étaient tous là : bien sûr des artistes et officiels cubains, et aussi Vin Diesel, Tilda Swinton, les soeurs Kardashian et Kanye West, Julia Restoin-Roitfeld, Caroline de Maigret, Geraldine Chaplin, Cécile Cassel, Gaspard Ulliel. Les balades de mannequins et de stars hollywoodiennes en Buicks, Cadillacs,et Oldsmobiles vintage décapotées vintage, plus les 700 invités par Chanel pour le défilé, ça a dû distraire les locaux, qui en ont pourtant vues d'autres, mais ont observé avec bonne humeur et décontraction ce ballet glamour depuis les balcons.

C'était une performance, des mannequins en chaussures plates et sandales, un esprit "casual" (toutes proportions gardées). Un art de vivre revendiqué. Et sur les logos des tee-shirts, Cuba toujours "Coco", mais Chanel, cette fois.