Pour ou contre: le perfecto blanc ?

Mis à jour le 12 février 2018 par Marie Guérin
Pour ou contre: le perfecto blanc ?

Juliette est pour, Marie est contre. Le perfecto blanc doit-il faire partie de notre garde-robe de rentrée ?

Juliette, journaliste

Si on était enfant dans les années 80, on a forcément fantasmé sur les tenues du dessin animé « Jane et les Hologrammes », de Billy Idol ou de Michael Jackson. Le cuir blanc, c’était le must absolu en termes de rock’n’roll too much et de sexytude débridée. Avec des franges et une coupe mulet crêpée, on frôlait l’extase visuelle. Évidemment, aucun parent n’aurait accepté que sa progéniture sorte ainsi accoutrée. Le retour du cuir blanc, c’est une revanche prise sur les interdits de l’adolescence. C’est une grosse claque au bon goût, aux convenances, à la bienséance. C’est une occasion de laisser parler la Bonnie Tyler qui sommeille en nous. Et rien n’oblige à adopter le total look de l’époque. Avec un peu de modération, un détournement streetwear bien pensé, on s’en sort avec un chouia de dignité. Juré !

Plein-S16-016

Marie, journaliste mode

Un perfecto, cet icône rock, c’est noir comme la nuit dans laquelle s’engouffrent des générations de mauvais garçons, de James Dean au Stones puis aux Pistols. Laissons de côté l’adolescence et ses turpitudes hormonales pour nous concentrer sur nos besoins présents. Le cuir blanc, vraiment ? Rien de plus salissant. Aucune griffe, aucun pli, aucune poussière ne lui est épargnée. Dès sa première sortie, il perd toute sa pureté. Votre look est bien plus « crado » que négligé. Le cuir blanc est trop contrastant. Et impossible à combiner : les matières les plus nobles et les couleurs les plus fraîches ne vous sauveront pas de cette incorrigible faute de goût. Épargnez-vous !