Iris van Herpen, l’onirique

Publié le 9 mars 2016 par Elisabeth Clauss
Iris van Herpen, l’oniriqueIRIS VAN HERPEN FW16

La créatrice poétesse néerlandaise, attendue pour ses défilés happenings aux effets visuels captivants, a présenté à Paris une collection en jeux de miroirs.

Son propos n'était pas de montrer du prêt-à-porter pour aguicher l'acheteur et voir accrocher des milliers de pièces en rayons. Au sous-sol de la Maison des Métallos, cette prestidigitatrice agitatrice avait installé des miroirs translucides composés de superpositions de feuilles qui déformaient l'image, effet "aile de papillons". Sa collection, qu'elle a nommée "Lucid", dans un accès de délire créatif forcément, développe des objets vestimentaires (on a depuis longtemps dépassé le stade des "robes"), constructions artistiques en fibres sinon textiles, optiques.

Iris van Herpen a ici matérialisé un "rêve lucide", de ces moments où l'on est conscient qu'on rêve, et où l'on arrive à diriger ses fantasmes. Grâce à sa réflexion philosophique et à la réflexion de la lumière sur l'architecture des volumes, elle crée une illusion, onirique. Ce qui, actuellement dans le milieu de la mode est délicieusement... ironique.

 

https://youtu.be/qyffM9PSkII