Chanel, zen.

Publié le 26 janvier 2016 par Elisabeth Clauss
Chanel, zen.PARIS, FRANCE - JANUARY 26: Models are seen on the runway during the Chanel Spring Summer 2016 show as part of Paris Fashion Week on January 26, 2016 in Paris, France. (Photo by Pascal Le Segretain/Getty Images)

Ce mardi à Paris, Karl Lagerfeld a présenté pour Chanel une collection haute couture, on ne va pas tergiverser, de toutes beautés. Avec un "s", et on va vous expliquer les nuances de délicatesse.

Dans un décor feng-shui, maison orientale toute en bois (comme le carton d'invitation, qui n'était pas en carton, donc, mais dans sa forme précédente, une planchette).

IMG_1911

Une pelouse (sur laquelle est venu s'ébattre le husky de Cara Delevingne, après lui avoir léché le cou d'importance, aux commentaires amusés de la jeune fille : "oh baby, oh baby". Des points d'eau, des pâquerettes, des murmures de ruisseaux. La zénitude asiatique sous toutes les coutures, c'est le cas de le dire.

Cara Delevingne
Cara Delevingne

Les silhouettes, déclinées en couleurs naturelles (beige, poudre, bleu marine, noir), toutes de tweed brodé scintillant comme un cours d'eau (le Tweed est d'ailleurs un fleuve d'Ecosse, d'où le nom de la laine qu'on y trempe), de maille légère comme une fancy toile d'araignée, et des capes d'organza translucides, couleurs de soleil, de lune, de printemps, de lumière, de poésie.

IMG_1937

IMG_1959

Les chaussures, sabots à petits talons, rappelaient aussi ce thème japonisant. Sur les mannequins qui avançaient à pas lents (les sabots + la pelouse + les planches), les volumes, sculptés, semblaient vivants, comme les manches ballons vibrionnantes.

IMG_1927

Avec chaque tenue, son mini sac banane assorti. Sur ces jeunes filles sages, qui évoquaient sur certaines silhouettes les élèves d'un pensionnat en Suisse (mais vous pouvez y voir autre chose, l'important est qu'on était transporté), on trouvaient presque rock les robes bleu encre à col blanc.

IMG_1943

Enfin, cette veste à capuche et traîne, en dentelle à effet fourrure (à moins que ça ne soit le contraire), a parachevé le tableau de maison de poupées Coutures, issu de l'imaginaire du grand Karl, dans une mise en scène de portes et fenêtres s'ouvrant puis se fermant comme un mouvement d'ailes d'oiseaux. Pour un nouveau voyage.

IMG_1977

IMG_1922