Jean-Paul Lespagnard a tout compris

Publié le 1 octobre 2013 par Elisabeth Clauss
Jean-Paul Lespagnard a tout comprisJean-Paul Lespagnard Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Jean-Paul Lespagnard Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures

Lundi soir à Paris, Jean-Paul Lespagnard s'est une fois encore distingué avec un défilé qui était une installation, à moins qu'il ne se soit installé dans une performance.

Au lieu d'asseoir les spectateurs face à un catwalk, il a organisé son after en before, c'est-à-dire que le drink, c'était avant, c'est même pendant, en fait, c'était le show.

Les mannequins habillées de sa collection évoluaient au milieu de la sauterie en buvant un verre, mêlées aux journalistes, acheteurs, institutionnels et même, un ministre (Rudy Demotte avait fait le déplacement).

photo1
On pouvait se mettre en scène dans une sorte de peep-show, à mettre sa tête dans le trou d'une palissade où la collection était photographiée, et tailler une bavette avec
les modèles qui racontaient combien tout cela était confortable et bien fichu. De fait.

Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures

Tant qu'à détourner ce qui est trop attendu, Jean-Paul Lespagnard raconte à travers cette saison "Till we drop", le tourisme de masse au Mexique. Ceintures à cannettes de Piña Colada
ressemblant à des grenades, foulards utilisés en baluchons, sandales de marche recouvertes de pierreries, écouteurs en gros coquillages pour écouter la mer qu'on voit s'échouer, le créateur a réussi à proposer une collection magnifiquement coupée, pensée dans des tissus inhabituels qu'on avait immédiatement envie de toucher (comme ce coton plissé si serré qu'on aurait cru une sorte de stretch synthétique, mais non).

Micha Margo / Catwalkpictures
Micha Margo / Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures

Des couleurs aussi, dont on ne pouvait détourner le regard : émeraude quasi fluo, blanc et mauve, imprimés ethiques, mais à y bien regarder, eux aussi, twistés et porteurs de messages.

photo
Jean-Paul Lespagnard, qui a développé un véritable art de la coupe sans être passé par un cursus d'école de stylisme classique, cartonne à Paris, où on aime être surpris. Aux Galeries Lafayette, on s'arrache les vêtements du Belge.

Cette collection, on va la désirer, l'adopter, la chérir, l'exhiber. Till we drop.

Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures