Dior, MMM et A.F Vandevorst : les Belges du vendredi

Publié le 28 septembre 2013 par Elisabeth Clauss
Dior, MMM et A.F Vandevorst : les Belges du vendredi

Lors de cette 4ème journée de fashion week parisienne, 2 maisons belges et Dior, Raf Simons à sa tête, ont présenté leurs collections pour le printemps 2014.

Chez Dior, où l'on attend toujours de voir comment Raf Simons interprétera Dior à l'aulne de son identité Belge forte, le DA qui  remplacé il y 18 mois John  Galliano a réellement pris sa place cette saison.

La présentation de la collection avait lieu sous la tonnelle géante d'un jardin couvert, ruisselante de glycines, d'orchidées et d'autres fleurs exotiques (je ne suis pas botaniste, mais c'était euphorisant, comme l'esprit des vêtements).

Catwalkpictures
Catwalkpictures

Les mannequins, à l'oeil maquillé doré et à la jupe, parfois, plissée soleil, ont arpenté cette jungle emblématique du chaos luxuriant de la nouvelle phase de Raf Simons, au rythme d'une musique qui hésitait entre fin de soirée électro et valse viennoise.

Cette saison proposait des jupes longues ondoyantes ajourées sur la hanche, avec un effet de trompe-l'oeil repris dans le dos, des jeux de nouages, comme on remonte son tee-shirt en festival, et aussi des chemises étriquées à écusson.

Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures

On a sursauté (de joie) au passage des robes à message, et on a plissé le regard pour mieux voir les colliers de pierreries enfilées, comme les lianes précieuses dégoulinant sur le cou des filles.

Maintenant, qu'est-ce qui était le plus réjouissant ? Les vestes longues et classiques, quasi austères devant, exhibant leurs couleurs sur des volants à l'arrière ? Le jubilatoire décalage des univers, entre custo d'ados et haute couture ? Ou ce final, qui au lieu de remontrer les modèles vus 5 minutes auparavant, a envoyé sur le catwalk des robes de bal à jupes ballon en brocard argenté, avec des bustiers noirs tout simples à écussons ? Ces robes de prom, que les filles portaient les mains dans les poches, en déambulant nonchalamment, c'était l'élégance de l'humour, le décalage d'un prêt-à-porter qui ne peut être que haute couture, parce que le créateur, sur ce coup-là, a été divinement inspiré, et Dior, réinventé.

Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures
Catwalkpictures

Chez Maison Martin Margiela, on a rappelé les origines de théâtralité. Filles "matadors" en rouge et noir, avec des manches désarticulées, et des vestes à manches ballon que n'aurait pas reniées Shakespeare (enfin si, peut-être, mais il faut bien évoluer).

MARC0064_450x675MARC0172_450x675

Dans la tradition du détournement d'équipement usuels en accessoires de mode, et parce que les habillements automobiles avaient déjà inspirés la Maison, ce sont des appui-têtes qui sont devenus des sacs.

Et puis, ces pièces masculin-féminin prises au premier degré, mi-costume, mi-robe du soir, ou cette demi-robe sur l'avant, ouverte en rideau sur un pantalon dans le dos, pour une schizophrénie jubilatoire, sans ambiguïté.

MARC0191_450x675

Autres formes de détournement, un trench sans manches qui devenait une robe à bretelles, et ce costume classique à rayures, dont la veste oversize, coupée en blouse d'hôpital, s'ouvrait dans le dos. Une collection dans la narration de la dichotomie quotidienne, pour faire parler toutes les voix qui nous chuchotent à l'oreille de ne pas faire comme les autres.

MARC0278_450x675MARC0342_450x675

Les A.F Vandevorst, quant à eux, célébraient les 15 ans de leur Maison. La présentation de cette collection était donc empreinte d'un esprit festifs, et invitait à revisiter les moments forts de leur carrière.

Ambiance "Filles du bord de mer" d'abord, avec ces mannequins roulées dans le sable, aux cheveux collés en l'air par l'eau de mer (il était d'ailleurs réjouissant de les recroiser une demi-heure plus tard, dans le métro parisien, en l'état).

Micha Margo / catwalkpictures.com
Micha Margo / catwalkpictures.com

Ce printemps, la femme A.F Vandevorst saura se protéger et faire sien le monde, on l'a bien vu avec ce gilet recouvert de douilles, et ces parures de têtes monumentales, masques d'ornements métalliques sublimes.

Micha Margo / catwalkpictures.com
Micha Margo / catwalkpictures.com
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures

Ambiance "mer", mais aussi "désert", avec des mini sarouels skinny, en cuir gris pétrole ou transparent, des pantalons en tissu noir moiré en faux porte feuille.

Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures

L'or des rois mages se retrouvait aussi dans des studs, et en transparence, en nipelettes à peine cachées sous des blouses de voile. Comme de l'eau.

AF Vandevorst

Pour parer aux autres éléments, un coupe-vent oversize à capuche, qui rendait la silhouette énigmatique, comme cette robe soyeuse à capuche, d'un bleu profond comme la nuit.

Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures

Cette collection, celle de reines, inspirée de voyages dans des régions exotiques et inexplorées sans doute, inspirait finalement plus une immersion en science fiction. Et la science fiction, comme on le sait, c'est de l'anticipation.

Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures
Etienne Tordoir/Catwalkpictures