NO VIOLENCE : Ne laisse personne décider en ton nom

Mis à jour le 16 février 2018 par ELLE Belgique
NO VIOLENCE : Ne laisse personne décider en ton nom

COVERVIOLENCE

Ce mercredi 25 novembre marque la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Cette journée car :

Aujourd’hui encore, 1 femme sur 3 est victime de violences physiques, sexuelles ou psychologiques. La violence à l’égard des femmes est une violation des droits de l’homme. Elles perpétuent les inégalités entre les hommes et les femmes et il s’agit d’un problème mondial, puisque 70% des femmes sont victimes de violences au cours de leur vie.

A cette occasion, une campagne de sensibilisation a été imaginée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie et la Commission communautaire française (COCOF). Celle-ci met l’accent sur les violences au sein des jeunes couples de 15 à 25 ans.

Vendredi dernier, la campagne intitulée « No violence, ne laisse personne décider en ton nom » a été lancée par les Ministres compétents des entités fédérées, Isabelle Simonis et Céline Fremault. Afin de toucher les jeunes, la campagne détourne les codes de la publicité et sera diffusée sur les réseaux sociaux, à la télévision ainsi que sur les ondes FM.

Cette année, l’accent est mis sur les jeunes couples afin d’apprendre le respect et le principe d’égalité dès les premières relations. La campagne a voulu cibler le harcèlement qui peut exister au sein d’un couple, les remarques blessantes du quotidien, celles que l’on n’identifie pas comme étant de la violence. Pourtant, les remarques et les reproches incessants sont une forme de harcèlement et sont nuisibles pour les deux partis. La campagne entend sensibiliser la jeune audience car celle-ci a du mal à reconnaître ou accepter qu’elle se trouve dans un climat de violence.

Une étude récente a révélé que 9 jeunes sur 10 étaient victimes et/ou auteurs de violences physiques ou psychologiques dans leurs relations. Généralement, il s’agit de situations de domination, de jalousie excessive ou de dévalorisation de l’autre.

Pour vous donner plusieurs exemples, exiger de son partenaire de savoir où il est et avec qui en permanence, l’empêcher de parler à d’autres filles/garçons ou encore de le rabaisser, toutes ces situations sont inacceptables et pourtant courantes.

Es-tu victime des ces violences ? La violence n’a pas sa place dans ton couple.

Sur www.aimesansviolence.be, plusieurs tests te permettront de détecter les situations à risques. Si tu souffres de ce genre de situation, une ligne d’écoute gratuite et anonyme est disponible au 0800/30.030, que l’on soit auteur, victime ou même témoin tu peux appeler ce numéro et des personnes qualifiées pourront t’aider.

novio

A.E.