#Brusselslockdown: pourquoi tous ces chats sur Twitter ?

Mis à jour le 20 février 2018 par Marie-Noëlle Vekemans
#Brusselslockdown: pourquoi tous ces chats sur Twitter ?

Capture d’écran 2015-11-23 à 10.26.59

#Brusselslockdown et les #lolcats ou comment les chats ont combattu le terrorisme.

Dimanche 22 novembre, l'alerte terroriste est maintenue au niveau 4 à Bruxelles. Milieu de soirée,  une grande opération de police débute. Les médias communiquent dessus mais rapidement, les forces de l'ordre demandent à la presse et à la population de ne pas divulguer d'informations précises sur les perquisitions en cours, y compris sur les réseaux sociaux. L'injonction est respectée. Vers 23h, la Twittosphère est dès lors envahie de photos de chatons, plus drôles les unes que les autres. L'objectif, détendre un peu l'atmosphère et noyer les quelques infos qui circulent encore. 23h30, #Brusselslockdown est le deuxième sujet le plus discuté sur Twitter dans le monde.

L'initiative des Belges est reprise par les médias du monde entier. Les tweets font la Une. Notre humour est salué par les sites d'infos français, américaines, anglais, etc.

L'origine du phénomène

Selon le site mateusz.be,  "C’est Sylvie, une habitante de Woluwe-Saint-Lambert, qui a lancé le mouvement (...) à 21h31. « Sam, mon ami, travaille au centre de Bruxelles. A l’heure où il quittait de force son job à 20h30, je regardais BFMTV qui diffusait en direct les mouvements de police. J’ai eu peur : il s’est retrouvé rue du Lombard, devant le bus qu’il devait prendre. Celui qu’on voyait sur Internet, à l’arrêt, pour bloquer la rue. » C’en était trop pour Sylvie qui ne voulait pas qu’on mette son homme en danger. « Je me devais de faire quelque chose pour détendre l’atmosphère, mais avec humour. Je suis abonnée sur Twitter à une habitante de Zwolle aux Pays-Bas, qui, voyant ce qui se passait chez nous, a proposé d’envoyer des photos de nos chats. J’ai donc lancé #LetsShareSomePictureOfOurCats juste après Hugo avec mes deux comptes Twitter. Mon hashtag, trop long, n’a pas pris. Seul est resté #BruxellesLockDown, mais mon tweet a bien été repris », me dira-t-elle cette nuit, visiblement satisfaite du résultat. Ce qui était une blague entre deux twittos est devenu un petit phénomème dont on parlera longtemps puisqu’on parle de centaines de milliers de tweets publiés cette nuit sur le hashtag #BrusselsLockDown."

Petite compilation des tweets qui nous ont fait marrer.