Etat d’alerte à Bruxelles: les recommandations du Centre de Crise

Mis à jour le 16 février 2018 par ELLE Belgique
Etat d’alerte à Bruxelles: les recommandations du Centre de Crise

bxhell

Depuis l’aube, Bruxelles vit en état d’alerte. Assurer sa sécurité sans céder à la panique: les recommandations du Centre de Crise.

Métros à l’arrêt, concerts annulés, centres commerciaux fermés, la journée a été rythmée par les mesures de précautions. Entre résignation et consternation, les Bruxellois – mais aussi toute la population – s’adaptent.

En pratique, ça veut dire :

- Qu’il est conseillé, ce soir, d’éviter de se rassembler dans les lieux publics et festifs de la Région bruxelloise. Prendre un verre entre potes ce soir dans un bar n’est pas un acte de rébellion, ni un acte de résistance, c’est une (relative) prise de risque. Dans la mesure du possible, autant décapsuler des bières chez soi, et ce afin d’éviter de détourner l’attention des forces de l’ordre de leur mission actuelle. Respecter cette consigne, c’est permettre aux gens dont c’est le métier de continuer les investigations sans trop de perturbations.

- Qu’il faut rester vigilant sans céder à la panique. On repère quelque chose de suspect, un comportement qui nous fait flipper? On le signale à la police locale.

- On évite d’ajouter au bad trip ambiant en lançant des rumeurs. À l’heure qu’il est, rien ne permet d’affirmer que Bruxelles restera ou non paralysé dans les jours qui viennent, rien ne dit que les écoles et commerces seront ou non fermés. La situation sera réévaluée demain en fin de journée, et les instructions communiquées par les autorités

- On accepte les contrôles. Ce n’est pas le moment de jouer les coquets en refusant d’ouvrir son sac si une personne autorisée le demande.

Conserver calme, bon sens et prudence reste la meilleure de attitude à adopter.

Prenez soin de vous.

http://centredecrise.be/fr