« Filmer à Tout Prix », pourquoi faut-il y aller à tout prix ?

Mis à jour le 12 février 2018 par Elisabeth Clauss
« Filmer à Tout Prix », pourquoi faut-il y aller à tout prix ?"Battles"
"Battles"
"Battles"

Du 5 au 15 novembre, ce festival de courts et longs métrages à la sélection internationale permet de nourrir en quelques soirées notre culture de cinéma d'auteur et du réel. Et en plus, il y a des fêtes !

Alexander Weiss, directeur artistique du festival, nous explique en trois points en quoi ce festival de cinéma de l'intime ouvre sur une multitude de réalités, sans plomber le réalisme avec des postures intello intempestives. La programmation est pertinente, passionnante, dynamique et édifiante. C'est aussi et surtout l'occasion de découvrir un cinéma sous-représenté. Pour les blockbusters, vous aurez tout le temps le reste de l'année. Il faut donc y courir.

"Czech Dream"
"Czech Dream"

Quels sont vos critères de sélection ?

"La vocation du festival Filmer à Tout Prix est d'évoquer le réel à travers un cinéma exigeant. Nous recherchons des films qui proposent des formes nouvelles, avec des partis pris réfléchis. Nous nous intéressons à la singularité de l'auteur, avec un point de vue subjectif assumé. Dix jours durant, nous proposons des films qui posent des questions, plutôt que de donner des réponses."

La programmation s'adresse à qui ?

"Les films projetés pourraient viser a priori aux cinéphiles, mais ils sont accessibles à tout le monde. Aux gens curieux. Le public est intelligent, il faut lui faire confiance. Le cinéma d'auteur, ce n'est ni difficile ni inaccessible, c'est simplement un cinéma impliqué, qui sort des projets formatés. Les films qu'on propose explosent ces cadres-là."

"Dans la ville de Sylvia"
"Dans la ville de Sylvia"

Vous montrez aussi des films joyeux ?

"Bien sûr. En compétition internationale, nous avons entre autres sélectionnés "Nosotras Ellas", un film argentin, qui raconte l'histoire d'un matriarcat de neuf femmes. On assiste à une tranche de leur vie commune, leur solidarité, leurs secrets. C'est très touchant. Il y a aussi "l'Académie des muses", les paradoxes d'un prof d'université qui entretient des relations amoureuses et plusieurs femmes. C'est un film qui questionne le désir, la séduction et la fidélité. Entre fiction et documentaire, il invite le spectateur à prendre position".

Dans « festival », il y a quel genre de fête, chez vous ?

"Chaque soir, après les projections, nous organisons des soirées avec DJ au bar chez Georgette."

"Marriage Stories : Marcela & Jiri"
"Marriage Stories : Marcela & Jiri"

Pour les enfants : dimanche après-midi au cinéma Nova, une sélection de court-métrages sera destinée au jeune public, parce qu'il n'y a pas de mal à s'instruire quand on a déjà le plaisir de se divertir.

En plus des projections, le festival propose des rencontres, des débats, des réflexions, et des marchands. Le détail et le programme : ici.

fatpAfficheExp-2015_10_13_essai_3

Alexander Weiss
Alexander Weiss