Dries Van Noten PE14 : Monseignor, c’est l’or de défiler

Publié le 26 septembre 2013 par Elisabeth Clauss
Dries Van Noten PE14 : Monseignor, c’est l’or de défilerDries Van Noten PE14
Dries Van Noten PE14
Dries Van Noten PE14

Mercredi à Paris, Dries Van Noten présentait sa nouvelle collection, comme on embrasse un nouvel élan après avoir fait un bilan.

2014 sera l'année DVN, débutant avec une rétrospective de sa carrière au Musée des Arts Décoratifs, en février prochain. Pour cet événement, et sans doute à l'occasion des 50 ans de l'Académie d'Anvers, le créateur s'est replongé dans ses archives, et de cette réflexion, il a puisé de l'or.

IMG_8818

Il en a tapissé des palettes de bois, unique décor de son défilé dans un vaste hangar parisien.

Le minimalisme était présent dans sa scénographie, jusqu'à la musique composée par Darko (qui s'est aussi occupé de la bande son du show de Cédric Charlier), une mélodie faite de notes désassemblées, égrainées par Colin Greenwood, le bassiste de Radiohead. En revanche, les vêtements, eux, étaient ornés. De tant de décorations, on aurait pu en perdre le sens de l'ensemble. Mais ça n'est pas arrivé, grâce à la cohérence de l'histoire solaire que raconte cette collection : celle d'une page qui se tourne, dorée sur tranche.

DRI_0609_450x675DRI_0211_450x675

Dentelles et plissés soleils, si serrés qu'on aurait cru parfois des guirlandes de raphia, top-ponchos brodés de coquillages, le nouveau printemps de Dries Van Noten s'annonce festif. Face aux influences africano-indiennes dans les broderies, des réinterprétations de kimonos aux larges imprimés floraux rapprochaient, comme le font souvent les stylistes anversois, l'Asie de la Belgique.

DRI_0434_450x675DRI_0617_450x675

A priori, on croyait à une robe de brocard. Mais à y regarder de plus près, on découvrait que cette chasuble était en réalité brodées de minuscules sequins. Quant à ces bandes soyeuses et froncées, elles inventaient un volume inattendu, exubérant. Incroyable.

DRI_0738_450x675DRI_0717_450x675

Au lieu de rentrer en coulisses après leur passage, les mannequins s'alignaient au fond du décor, contre les palettes recouvertes de feuilles d'or (ou assimilé).

IMG_8781Il n'y a pas eu de final. Le salut, c'est le public qui l'a fait, s'avançant vers les jeunes filles pour les observer, les photographier et comprendre la matière. Là, sous leur nez, les backstages venaient de s'inviter sur scène. Une chute conceptuelle et chic, qui nous prenait par la main pour nous impliquer dans une mise en scène. Toute à l'image de la collection.

IMG_8813

Dries Van Noten tentait ici quelque chose de nouveau. Après plus de 30 ans de succès et de reconnaissance, il a remis ses jetons sur le plateau, et joué un nouveau coup. De maître.

DRI_0756_450x675